Accéder au contenu principal

Pointe d'Ayère, Voie 1959 du Grand Dièdre, Vaucher / Julien / Pollet-Villard / Weber.


 Il y a des secteurs comme celui du Dérochoir qui vous rappelle des souvenir particuliers. Pour moi, ça rime avec mal à la tête. En Septembre dernier, la veille de grimper le pilier Sud de Platé le théme avait été biére / gnole de gentiane autant dire que 4 h de sommeil n'avait pas tout effacé et que la journée fut passablement longue. Evidemment, en bon local, on n'a pas regarder le topo pour l'accés qui s'est trop rapidement transformé en Indiana Jones pendant 1 h de temps. La voie fut un trés bon moment. Pour continuer à jouer les Indianas, on a continué par l'aréte herbeuse pour rejoindre la pointe de Platé puis au mieux jusqu'au col du dérochoir. Un parcours dément qui change du GR5.


 Cette année, on bascule donc à droite du dérochoir. Le théme de départ reste le même sauf qu'on a troqué la gentiane contre l'excellent mojito du Bar des Sports. Re-4 heures de dodo. Re-erreur dans l'approche, cette fois je pars complétement à l'opposé. Bien décidé d'évacuer les grammes qui trainent encore, je pars à bloc sans ouvrir le topo. Dépité, Korra qui ne m'a vu partir, me fait de grands signes pour que je comprenne mon erreur. Evidemment, je ne suis pas retourné avant 10 minutes de marche...Retour à la voiture, en fait il suffit de suivre la route. Le passage au travers des barres de schistes nous demande un peu de concertation, on se fait un petit point pour décider du meilleur passage. Sauf qu'on ne c'est pas du tout compris et qu'arrivé au pied de la barre...Korra trace à gauche pendant que moi à droite. Coup de chance, je trouve le sentier pendant que lui tente une escalade hasardeuse en 5+ dans un caillou des plus pourris. 2/3 coups de portables plus tard, il est sur le bon itinéraire, sauf que comme je me suis assoupis, on ne se voit pas. Le sketche dure encore 1/4 d'heure avant que l'on se retrouve. Merci le portable. La traversé à l'horizontale dans les vires de schiste demande la plus grande attention mais se négocie rapidement. L'attaque est facile à trouver, elle est au bout de la vire. Un vieux spit et une lunule confirme cela. Quelques spits indiquent l'itinéraire. La rentré dans le bain est immédiate avec une longueur en 6b...délicate. Une trav' à gauche avec 3 métres de varappe puis 57 métres de marche sur une vire méne à une nouvelle longueur en 6b. Moins instable que la premiére, la chute y serait quand même désagréable. Je blinde du 000 au 2, les 30 cm de fissure à peu prés béton pour diminuer le sentiment de solitude. Fin du rocher de daube, place au diédre en pur caillou. Courte longueur en 6a / belle longueur en 6c, passage et réta du toit athlétique / belle fissure écaille en 5 +. On arrive dans le large diédre finale en 5 sur 4 longueurs. Bon roc mais les pierres, plus ou moins calées dans le diédre, ont tendance à se décrocher facilement. Un bon conseil : surtout ne pas y aller à 2 cordées.
Matos : un rack de friends + 6 dégaines.






Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…