Super couloir, Mont Blanc du Tacul

Aprés 2 semaines passées à 10 mètres d'altitude, 3 jours de réacclimatation à 900 mètres, je me sens prêt à partir voir un peu plus haut. Sur Facebook, le Rako cherche un pote pour faire une rando mais finalement est bien plus partant pour un truc en crabe/piolet.


Le super couloir et son approche ensoleillée nous séduise, c'est partit. 2 faux départs, pour cause d'oubli de piolet / casque et baton et c'est tout bon. Benne à 8h30. Pas de bouchon sur l'arète, une petite trace pour la monté et au final les marches de 2 gars devant nous nous permette de passer rapidement la rimaye. Ces 2 tchéques sont les gars les plus cools de la terre, et le passage de témoin se passe bien. Les 2 longueurs de l'attaque directe s'avère plus glace que de visu et le bouchon de neige final est en neige dure : un régal. On change les camalots contre des broches, et Gérèm' part devant, il  tire une jolie longueur de 150/200 mètres. Grand seigneur, il me laisse les 50 derniers. Ca suffira pour aujourd'hui la sortie au top n'était de toute façon pas au programme. Les rappels s'enchainent rapidement, mais c'est bizarre, je pensais faire de l'alpinisme et là, c'est sur 2 goujons reliés par une chaine que je me retrouve. Certains professionels italiens s'octroient des autorisations qui vont à l'encontre de la définition de l'alpinisme. Pour se faire 2/3 euros tout semble permis...C'est triste mais pécunièrement intéressant.
L1, noter la magnifique corde qui fixait intégralement la longueur. Désormais, dans la rimaye.

L2, le passage inquiétant du bouchon qui finalement se passe par un mouvement technique de double lacher de pieds.

Gérèm' partit pous une grande longueur.

L2 des goulottes.
Non, ce n'est pas les Gaillands mais bien les rappels du super couloir...