Accéder au contenu principal

Petit Clocher du Portalet, "Ave César", rouste n°1.

A peine rentré d'une semaine de vacance à la plage, le Korra me propose d'aller me mettre à l'ombre. Toujours en mode fissure, cette face nord s'impose! Fraichement laté d'une trav' des Jorasses en 6h, L'italien préfère la montée en télésiège (  l'avenir lui donnera tort!!!). La fin de l'approche est toujours aussi chiante à travers la moraine mais on est rapidement au frais. Une courte L1en 6b me fait sentir que la chasse aux oursins n'est pas un entrainement trés efficace. Kora attaque le 7b+, un premier passage dans une écaille large fait monter la tension. Prudemment, je me suis décalé pour éviter qu'il ne me tombe dessus !!



Une courte trav à droite bloc sur arké, lui fait sentir que faire le guide n'est pas un entrainement trés efficace à la varrappe. Les 1er mètres dans la fissure sont plutôt durs, heureusement la fin est abordable. La longueur suivante est annoncé 6c. Il continue mais se pine de crak, il reste à droite ce qui lui permet de se mettre une bonne pression en fin de longueur.



Korra's crack
C'est à mon tour de passer en tête, le 7c attaque par une trav à droite, un petit moov sur vertical permet de voir de prés le mur raide et fissuré. De prés, la fissure n'est pas plus large que de loin et les pieds sont absents de la partie. 3 métres durs mais grimpable ménent à une bonne verticale . Néanmoins, elle devient rapidement inconfortable avec le temps. La suite est mutante sur 3 mètres, la fin est encore soutenue mais abordable. Pas totalement démonté, je redescend pour mettre un essai. L'essai se conclu rapidement par un échec, je suis a 2 doigts de balancer mon casque. La quarantaine aidant, je prend la seconde de réflexion qui lui permet d'éviter un beau vol plané. Fin en A0.

 La longueur suivante est aussi un 7c. Plus longue, la fissure semble majeur même si la fin à la même gueule que ce que je viens d'artifer. Aprés 4 mètres, je sens que la fin est proche. Je grimpe encore plus mal que d'habitude et forcément fini par zipper des pieds et des mains en même temps. Retour au relais, j'arréte là.

Ca sent la motiv' tout ça....
 Korra fait une vague tentative. Il déséquipe et redescent. On plie, César a été (largement) plus fort que nous. La ligne est majeur, il FAUT y aller.

Matos : deux jeux complets du 000 au 1 puis N° 1,2 et 4 ( on peut se passer du N° 3 ). il est bon de tripler le voir quadrupler le N° 0.5 et tripler le 0.3 et 0.4.
Topo made in Groug

Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…