Accéder au contenu principal

"Tunnel surprise", Tchitchou du Tacul, combe Maudite

Des fissures, encore des fissures. La saison du caillou d'altitude semble tirer sur la fin avec une météo de plus en plus capricieuse. Associé à cette putain de Compagnie du Mont-Blanc qui réduit les horaires de ses bennes plus rapidement que les journées ne raccourcissent, il ne faut plus perdre une minute sous peine de dormir dehors! Et oui, dans "la capitale de la montagne où l'on se plait à insister sur l'importance des valeurs véhiculées par l'alpinisme au sein des communautés qui le pratiquent", c'est plutôt les actionnaires qui décident des heures d'ouvertures des remontés. Qu'importe cette minoritée de grimpeurs qui ne rapporte pas un rond !! Pour une ville qui se prend pour "le territoire fondateur reconnu en matiére de pratique de l'alpinisme", le sens des priorités n'est pas le même que celui  de la verticalité....
Heureusement au milieu de cet endroit pourri par la tune facile, les locaux de la JMC crew trouve de petits bijoux qui font briller la grisaille de cette vallée. Notre objectif sera "Tunnel surprise". La voie se loge dans un bastion en  retrait entre le Trident et la Chandelle. Il faut alors remonter un petit couloir en direction de la bréche du Trident. Un relais sur goujons en rive droite donne le départ. Il faut partir d'abord sur droite puis remonter un jolie diédre en 6a.

R1 une confortable vire, la vue sur la longueur me fait envie mais c'est au tour du Korra de grimper. D'abord une fissure puis un diédre fermé qui bute sous un petit toit. Sortir par la gauche, on atteint le relais par une dalle pas si facile que ça.



La fissure en haut a droite de la photo va motiver mon retour dans le secteur !
L3 est le crux en 7a, la fine fissure raide en diédre doit mieux se négocier quand elle est séche! Le jeu (qui n'intéresse que moi ???) de saute-pitons me fait passer un peu de temps mais finalement je craque lâchement devant le dernier et le clippe. Evidemment, je ne suis pas les bons conseils des ouvreurs et néglige de rallonger les points avant la trav' sous le toit. La sortie n'en est que plus piquante!


L4, 6c,  est le slot qui a motivé la venue des ouvreurs. La renfougne dans cette énorme feuillet péte la classe.


L5, 6b, attaque par une courte et athlétique fissure puis c'est le passage du tunnel...surprise : il est bouché de neige. Un petit contournement par la droite me conduit au relais.

 Ma piétre prestation dans le 7a nous a fait perdre du temps, il faut tirer les rappels. On ne parcourera donc pas la last pitch en 6a. C'est pas grave, on s'est encore offert une bien belle journée de montagne.
Matos : 2 x60m
2 jeu du 000 au 2 + un numéro 3
2/3 dégaines rallongeables
Topo JMC ici

Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…