Accéder au contenu principal

Mixte climb, back en rive gauche :" Encore une fois"...encore une fois !

Après 3 jours à grimper sur les spits de 12 de l'Usine, la perspective de revenir à une pratique de la discipline plus "traditionnelle" me motive à fond. Quoi de mieux qu'un compagnon anglais  pour aller grimper au secteur "Highland" surtout quand cet anglais parle le français couramment !!! Jonathan Griffith est connu pour ses magnifiques clichés( http://www.alpineexposures.com ), il est avant tout un excellent alpiniste qui a gravit nombre de voies à travers le monde. Quel chance de passer une journée ensemble. Le temps est vraiment médiocre ce lundi matin, les rues de Cham' sont pleines de neige, et franchement je n'y croit pas beaucoup. Comme d'hab quand une nouvelle saison commence, c'est la galère pour faire un sac complet. Adage vérifié sur le parking, il me manque mon baudrier. On chausse les skis à l'intermédiaire, on commencera la journée par une petite rando.

 Arrivé au sommet de la barre, il y a pas mal de neige.

Pour se faciliter la tache, on rappel dans la voie. Contrairement à la première fois, on opte pour un départ plus direct. Faut rien gâcher ! On préfère tirer des courtes longueurs de 30 mètres, histoire d'éviter que le second ne se transforme en Mister Freeze. L1 offre un départ cool sur 3 mètres, une courte dalle compact suivi d'un coup de cul  avec un réta rendu précaire avec toute cette neige.

 Le passage marquant de L2 est le dièdre sans trop de pied qui réveille les bras.

 L3 est un large laminoire rigolo surtout quand Jon se la colle pour finir tête en bas au-dessus de mon relais. Le large sourire qu'il a me rassure de suite, c'est repartit !

 A R4, le vent se lève. D'un coup, la sensation du mousqueton qui colle aux lèvres me revient. Les 60 derniers mètres sont plus raides, une fine fissure mène au sommet.Quel plaisir en perspective. Les premiers mètres de L4 sont délicats mais rapidement la fissure devient profonde et l'ambiance se détend.


 La fin est de la pure fermeture, des bacs et zéro pied. Un peu trop détendu, je ne sers pas assez les manches. D'un coup mes deux crampons zippent et c'est une fois de plus un 000 qui retient ma chute. En fait, un demi 000 car le rocher a cassé laissant sortir 2 cames ! Je me concentre un peu plus et la fin arrive rapidement.



Comme toujours dans ce coin, à 5 minutes de la foules des skieurs on a passé 4 heures dignes des plus belles faces Nord.
Matos : 2 jeu de C3 et un jeu simple jusqu'au 3, petits stopper éventuellement.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…