Accéder au contenu principal

Cascade de la Croix des Têtes, Maurienne.

Deux vallées se partagent le privilège d’être encaissées et d'avoir une autoroute gavée de camions pollueurs et enrichisseurs d'actionnaires peu scrupuleux de la pollution générée (merci TV mountain), la vallée de Chamonix et celle de la Maurienne. Mais si on y regarde de plus prés : encaissé, autoroute et camion sont finalement les amis du glacériste. Démonstration :
Encaissé = raide = les cascades qui vont s'y former seront exceptionnelles.
Autoroute = pas de ramage sur des nationales où on se traînent  à 40km/h  = accès rapide.
Camion = gros pollueur = modification du climat = quand ça caille, ben ça caille = ça gèle !

Un SMS de Seb Ratel me motive d'un coup, la cascade de la Croix des Têtes est formée. Honnêtement, je ne connais pas du tout mais vu le pédigré des ouvreurs ( Lazard / Vallet) et l’intérêt que cette cascade évoque à Seb, ça ne peut être que dément, j'arrive.

En bon militaire, il m'a fait une préparation parfaite de la course (et le terme n'est pas usurpée). Photos, repérages, infos auprès des répétiteurs, matos, je peux me pointer tranquille avec mes crabes et mes pioches. Ce travail effectué en amont n'est pas inutile car sans repérage, il est tout bonnement impossible de trouver la cascade. Départ à 5.30, bartassage (et le terme n'est pas usurpée) et suivage de traces pendant 2 petites heures au milieu de nulle part finissent par nous poser au pied. L'ambiance neigeôteuse et brumeuse associée à la raideur de la cascade donne une ambiance des plus sérieuses.
Ici, c'est pas l'ambiance Gorzderette !

L1 : 25m, attaque rive droite, dièdre rocheux, 1 piton en place. Moovs du réta qui réveillent. Relais 1 spit/1piton.





L2 : 35m,  mur raide et glace délicate au début, fin détendue en bonne glace, relais dans une grotte.



L3 : 35m, oblique à droite pour rejoindre le rideau de droite (en montant). Passage de méduses et ressaut très raide, fin sur des pétales, relais derrière un stalactite.








L4 : 20m, Oblique à droite, raide et ambiance. Relais dans une grotte, 2 pitons.



L5 : 50m, raide puis détendu.
L6 : 60 m, tube final. Début sur pétales, puis moyen raide mais ça coule à l'intérieur. Heureusement la glace était sorbet ! Prendre cam .75/ 1 / 2 pour le relais sinon c'est bricolage sur 2 piolets et un petit cailloux coincé.
Sommet environ vers 13h.

En matos, on avait 14 broches (12 devaient suffire), camalots du .4 au 2, 2/3 lames fines et épaisses. Iphigénie pour le retour.
Redescente en 2h via ferrata tendue puis sentier tranquille.

En bonus, quelques bons moments de la journée :
Début de la marche d'approche !

La trappe à sourie !

La vue dépitante sur le retour.


Le câble sur lequel j'ai trop tiré.
L'échelle de la mort.

Les bouquetins dans le jardin.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…