Cascade de la Croix des Têtes, Maurienne.

Deux vallées se partagent le privilège d’être encaissées et d'avoir une autoroute gavée de camions pollueurs et enrichisseurs d'actionnaires peu scrupuleux de la pollution générée (merci TV mountain), la vallée de Chamonix et celle de la Maurienne. Mais si on y regarde de plus prés : encaissé, autoroute et camion sont finalement les amis du glacériste. Démonstration :
Encaissé = raide = les cascades qui vont s'y former seront exceptionnelles.
Autoroute = pas de ramage sur des nationales où on se traînent  à 40km/h  = accès rapide.
Camion = gros pollueur = modification du climat = quand ça caille, ben ça caille = ça gèle !

Un SMS de Seb Ratel me motive d'un coup, la cascade de la Croix des Têtes est formée. Honnêtement, je ne connais pas du tout mais vu le pédigré des ouvreurs ( Lazard / Vallet) et l’intérêt que cette cascade évoque à Seb, ça ne peut être que dément, j'arrive.

En bon militaire, il m'a fait une préparation parfaite de la course (et le terme n'est pas usurpée). Photos, repérages, infos auprès des répétiteurs, matos, je peux me pointer tranquille avec mes crabes et mes pioches. Ce travail effectué en amont n'est pas inutile car sans repérage, il est tout bonnement impossible de trouver la cascade. Départ à 5.30, bartassage (et le terme n'est pas usurpée) et suivage de traces pendant 2 petites heures au milieu de nulle part finissent par nous poser au pied. L'ambiance neigeôteuse et brumeuse associée à la raideur de la cascade donne une ambiance des plus sérieuses.
Ici, c'est pas l'ambiance Gorzderette !

L1 : 25m, attaque rive droite, dièdre rocheux, 1 piton en place. Moovs du réta qui réveillent. Relais 1 spit/1piton.





L2 : 35m,  mur raide et glace délicate au début, fin détendue en bonne glace, relais dans une grotte.



L3 : 35m, oblique à droite pour rejoindre le rideau de droite (en montant). Passage de méduses et ressaut très raide, fin sur des pétales, relais derrière un stalactite.








L4 : 20m, Oblique à droite, raide et ambiance. Relais dans une grotte, 2 pitons.



L5 : 50m, raide puis détendu.
L6 : 60 m, tube final. Début sur pétales, puis moyen raide mais ça coule à l'intérieur. Heureusement la glace était sorbet ! Prendre cam .75/ 1 / 2 pour le relais sinon c'est bricolage sur 2 piolets et un petit cailloux coincé.
Sommet environ vers 13h.

En matos, on avait 14 broches (12 devaient suffire), camalots du .4 au 2, 2/3 lames fines et épaisses. Iphigénie pour le retour.
Redescente en 2h via ferrata tendue puis sentier tranquille.

En bonus, quelques bons moments de la journée :
Début de la marche d'approche !

La trappe à sourie !

La vue dépitante sur le retour.


Le câble sur lequel j'ai trop tiré.
L'échelle de la mort.

Les bouquetins dans le jardin.