Accéder au contenu principal

Italian Trad Climbing : Pilier Rhodo, Yosesigo et Cadarese

Les années se suivent et ne se ressemblent pas. L'an dernier, on s'était gavé de fissure dés la fin de l'hiver. Cette année, les chutes de neige à répétition associées à un poignet en mousse ont retardé l'échéance des séances de mal aux pieds. Quelques jours de chaleur et l'absorbtion de pas mal d'anti-inflammatoire sonnent le signal de la reprise.
 J1, on attaque par le secteur du "Pilier Rhodo". Une" légère" erreur d'itinéraire nous permet de visiter quelques pierriers peu fréquentés. La falaise à l'air sympa, et on fait quelques jolies longueurs, L3 de Clean Spit notamment. Pour le retour aux affaires, les 7éme degrés, à tendance bloc, semblent à des années lumières (Jolly, Recupero zéro et Wonder Crack).

J2, partit pour le Diois, on se retrouve en Italie, de l'autre coté du Col du Simplon. La falaise de Yosesigo est annoncée comme une pépite pour les amateurs de coincements que nous sommes. Néanmoins, elle se mérite. Une "double" erreur dans l'approche nous offre 2h30 de marche. Ce coup-ci, pas de pierriers mais des champs d'orties à traverser, no comment !!!!! Malgré la sueur qui ruisselle sur les yeux et les mollets qui grattent, la falaise nous créée un choc. La face est raide, les voies sont longues (35 à 40 mètres), le rocher ocre est magnifique, pas de spits, pas de sections faciles. Tout cela nous annonce de bons moments. Vu la rouste de la veille, on attaque par un 6a+. 2 sections bien retors, une fissure à poing et le réta d'un petit dièdre, ne nous feront pas regretter notre manque de témérité!!!!

le 6a+


 La suite nous pousse dans nos pitoyables retranchements physique. La beauté des deux  6c+ majeurissime efface largement la débauche d'effort qui me sera nécessaire pour choper la chaîne. Celui de gauche démarre par une section en fissure à doigt/main, la deuxième moitié est à main/poing.





Le 6c+ de droite est une une fissure diagonale toutenkonti.







Ces 100 mètres de varappe intense nous suffiront largement, it's time for the bière. Mais ce qui est sûr, c'est qu'on reviendra!!!! Déjà pour refaire les voies que l'on a grimpé et apprécié mais aussi pour faire le 6b de gauche en fissure ultra large, matos requis deux 5 et deux 6 !!!!!

7b+ à gauche / 6b à droite

6a+ inside

 Le 7b+ de "Full Metal Jkt" sera surement au menu aussi. Le retour par le bon chemin est beaucoup plus rapide, 50 minutes. Bonne bières, bon repas et bivouac à la belle étoile, la vie quoi !!!!
Le lendemain, fier de nous, on réussi enfin à atteindre une falaise en moins de 2 heures, certes on était après travail ! Reprise des classiques toujours appréciées, on ajoute au carnet de croix "Mission Gin Lemon"6c, "Sceriffo di Cada"6c et L3 de "Subsonica"7b.


"Mission Gin Lemon"



Vague essai dans un 7a+ "Stinodi Santo"



"Mission Gin Lemon"









"Sceriffo di cade", 6c+



Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…