Goulotte Perroux, Triangle du Tacul.

Le mois de Septembre est toujours un tournant dans le rythme des saisons. Qu'importe la température qui règne dans la vallée, la haute-montagne passe en mode hiver. Bien avant le changement d'heure calendaire, l'amie de toujours des alpinistes, la généreuse Compagnie du Mont-Blanc, raccourcie largement les horaires de son téléphérique. Le Triangle du Tacul devient alors une destination évidente.


La "Perroux" attaque juste à gauche du grimpeur.
L'approche, presque agréable, est en tous cas rapide et ensoleillée. Cerise sur le gâteau, l'engagement de la "face" évite la nuit blanche et permet de créer l'itinéraire suivant  l'envie du moment.
L1


La dernière perturbation a posée suffisamment de revêtement blanc pour parcourir cette ligne des années 80. Habituellement, l'absence de polystyrène est plutôt un critère de choix mais la ligne est suffisamment esthétique pour se laisser tenter.
L2



L2

 Malgré le manque d' ampleur et une difficulté raisonnable, ce genre de journée ne doit jamais être prise à la légère. A l'opposé, je suis malheureusement conscient que l'hyper concentration et les multiples précautions qu'induisent le parcours de voies longues et techniques ne nous exonère pas du risque...mais tout est mis en oeuvre pour lui faire face.
L3, jolie placage.



L4, dry débile à 1 mètre de la Chéré. Mais quand on aime!!!




Un dernier rampage, et c'est le relais.

 Dans les voies réputées "cool", le risque est moins palpable, complètement insidieux. Il faut avant tout lutter contre la déconcentration qui mènerait à l'erreur irrécupérable. L’excès de confiance en soi dans un itinéraire maintes fois parcouru augmentera considérablement cet état d'esprit. En pleine saison, il est tellement facile de se laisser distraire :  Nombre important d'alpinistes sur le même itinéraire, terrasses rassurantes, relais d'apparence béton et usité par la cordée d'avant, copains qui grimpent à proximité, ipod qui balance du son et surtout téléphone qui passe partout générant appels, messages, Facebook...Pour ce qui est du dernier point, korra et moi avons développé des techniques extrêmement poussées. Inspiré, il faut le dire du grand maître Knoedzer. Des heures d'entraînements sans relâche permettent d'acquérir un maniement sûr (?) du Réverso conjugué à l'envoie de SMS, le tout en prenant des photos avec l'appareil numérique. De source sûr, un ami m'a confié l'autre soir au comptoir du Bar des Sports qu'un module spécifique Chamoniard, combinant E-phone et assurance en mouvement, serait en étude à l'ENSA. Module obligatoire pour les professionnels issus du 05 ou des Pyrénées.
L5, ze last. Un passage beaucoup plus raide et technique qu'il n'y parait !
Merci Paulo pour la jolie ballade.


Promis, je fais rapidement un topo actualisé de cette ligne + celle de l'an passé.