Accéder au contenu principal

Goulotte Perroux, Triangle du Tacul.

Le mois de Septembre est toujours un tournant dans le rythme des saisons. Qu'importe la température qui règne dans la vallée, la haute-montagne passe en mode hiver. Bien avant le changement d'heure calendaire, l'amie de toujours des alpinistes, la généreuse Compagnie du Mont-Blanc, raccourcie largement les horaires de son téléphérique. Le Triangle du Tacul devient alors une destination évidente.


La "Perroux" attaque juste à gauche du grimpeur.
L'approche, presque agréable, est en tous cas rapide et ensoleillée. Cerise sur le gâteau, l'engagement de la "face" évite la nuit blanche et permet de créer l'itinéraire suivant  l'envie du moment.
L1


La dernière perturbation a posée suffisamment de revêtement blanc pour parcourir cette ligne des années 80. Habituellement, l'absence de polystyrène est plutôt un critère de choix mais la ligne est suffisamment esthétique pour se laisser tenter.
L2



L2

 Malgré le manque d' ampleur et une difficulté raisonnable, ce genre de journée ne doit jamais être prise à la légère. A l'opposé, je suis malheureusement conscient que l'hyper concentration et les multiples précautions qu'induisent le parcours de voies longues et techniques ne nous exonère pas du risque...mais tout est mis en oeuvre pour lui faire face.
L3, jolie placage.



L4, dry débile à 1 mètre de la Chéré. Mais quand on aime!!!




Un dernier rampage, et c'est le relais.

 Dans les voies réputées "cool", le risque est moins palpable, complètement insidieux. Il faut avant tout lutter contre la déconcentration qui mènerait à l'erreur irrécupérable. L’excès de confiance en soi dans un itinéraire maintes fois parcouru augmentera considérablement cet état d'esprit. En pleine saison, il est tellement facile de se laisser distraire :  Nombre important d'alpinistes sur le même itinéraire, terrasses rassurantes, relais d'apparence béton et usité par la cordée d'avant, copains qui grimpent à proximité, ipod qui balance du son et surtout téléphone qui passe partout générant appels, messages, Facebook...Pour ce qui est du dernier point, korra et moi avons développé des techniques extrêmement poussées. Inspiré, il faut le dire du grand maître Knoedzer. Des heures d'entraînements sans relâche permettent d'acquérir un maniement sûr (?) du Réverso conjugué à l'envoie de SMS, le tout en prenant des photos avec l'appareil numérique. De source sûr, un ami m'a confié l'autre soir au comptoir du Bar des Sports qu'un module spécifique Chamoniard, combinant E-phone et assurance en mouvement, serait en étude à l'ENSA. Module obligatoire pour les professionnels issus du 05 ou des Pyrénées.
L5, ze last. Un passage beaucoup plus raide et technique qu'il n'y parait !
Merci Paulo pour la jolie ballade.


Promis, je fais rapidement un topo actualisé de cette ligne + celle de l'an passé.

Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…