Accéder au contenu principal

PETZL KLIMAX Dry Tool Event

Le problème de la montagne, c'est que ça prend du temps, que ça a tendance à  fatiguer et que surtout ça me fait pas progresser en dry. Un de mes objectifs de la fin d'automne est de plier le 14+ de Jasper...mais si ça continue, c'est lui qui va me tordre. Le Klimax est donc une bonne occasion de se faire une journée de bourrinage. J'avais entendu parlé du fameux mur de PUURS comme étant un truc de fou. Et bien, c'est pas faux!!!! En même temps, s'il y a une manche de coupe du monde d’escalade qui s'y déroule tout les ans, c'est pas pour rien.
Après avoir vu le concept des Écossais du STS l'an dernier, je voulais savoir comment cela pouvait se passer dans un pays ou la montagne est une pure vision de l'esprit.
Atterissage à 8h à l'aéroport de Bruxelle, j'ai la bonne idée de ne pas demander de GPS au loueur de voiture. La veille, j'avais recopié à l'arrach' l'itinéraire sur via Michelin. Sûr de mon coup, je me retrouve dans une circulation plutôt très très dense entre camions qui se traînent et locaux hyper pressés. Du coup, déchiffrer le brouillon rédigé la veille n'est pas aussi simple que prévu. Une curieuse intuition me fait tourner sur une bretelle beaucoup plus calme. En plus les noms des villes sont plutôt sympas : Affliegen, Grinbergen... On dirait qu'ici chaque ville à sa MBC (Micro Brasserie, pour les non chamoniard). Ça me fait sourire de rouler au milieu des fûts de bières mais quand même si j'avais écris ces noms la veille je m'en serait souvenu! Werner Loobuyck, le sympathique patron de Petzl Bénélux me remet dans le droit chemin. Je partais juste à l'opposé. L'ENSA a vraiment eu le nez en me faisant repasser la carto au stage guide mais ça n'a pas améliorer mon niveau de ce coté là.
C'est sympa comme affiche
Spécial dédicace aux Français, ah le sens de l'humour Belge

2 voies de Qualif avec un seul essai flash permettront d'accéder à la final. De nombreuses voies d'initiations sont proposées au public dont celle très appréciée de frappe de rondins.

Dennis Van Hoek, le vainqueur de l'épreuve...et organisateur de contest de dry en Holande

Ce mur n'est pas bon pour les cervicales!
En fin de journée, j'ai la chance d'améliorer un peu plus mon niveau d'anglais en présentant un petit diaporama, de ce coté de Bruxelles, les francophones ne sont pas majorité. J'en profite pour marteler la thérapie du "Usine/Rive Gauche/Haute-Montagne", seul façon possible de grimper un peu mieux que son grand-père. Au passage, quelques petites boutades complètement gratuites sur la méthode des filles et des compétiteurs (le 4) satisfont pleinement mon sens aiguisé de la critique.


Une fois que j'ai fini de faire le guignol, je me retrouve en isolement avec 6 autres concurrents. Dennis, un bien cool hollandais toujours à bloc sur la Ice World Cup et des locaux aux niveaux de force hallucinants...
La voie proposée monte tout au sommet du mur, de la conti c'est tout ce que j'aime. Confiant, je monte rapidement assez haut, un petit repos sur un tronc suspendu et j'attaque le gros dévers. Conscient de ma connerie d'obstination à ne pas vouloir mettre ma jambe sur mon biceps. La zone rouge approche à grand pas. Un gros balan associé à une lame peu affûtée libéreront la tension dans mes bras de façon plus rapide que prévue. La 2éme place sera pour moi.....
Je compléterait ma culture Houblon par une bonne dégustation de "La Chouffe" et l'importance de la forme du verre qui doit y être associée. Amis amateur de Girafe, verre basique et cul sec, un voyage culturel s'impose !!!!!

 Merci encore à Werner Loobuyck et Yannick Monnart qui m'ont gentiment invité et à Jurgen Lis pour ses voies sympas.

Info sur le "Dutch Dry Tool Event" de Rotterdam, 25 Novembre. http://jeffmercier.blogspot.fr/2012/09/rassemblements-dry-et-glace-2012-2013.html

Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…