Accéder au contenu principal

Pointe Adolphe Rey, Face Nord, "Ultra-directe EHM", M8 / 250m

De mon échec au Petit Capucin, j'avais ramené une photo du coté nord de cette face bien plus connu pour ses sympathiques escalades fissurés versant soleil. Malgré quelques efforts pour ré-enfiler les chaussons, pas moyen de lâcher ces fichus piolets. Comme d'habitude, l'inspiration de la ligne vient d'un Vallot des années 70, le descriptif parle d'artif 2ème degré, de dièdres, de coins de bois et de pitonnage, plus curieux est l'évocation  d'un "lancer de corde" sur un bec rocheux. Doté d'une nature plutôt maladroite, je me vois déjà passer de nombreux essais infructueux à tenter de coiffer le bec en question en jurant par tous noms d'oiseaux de la Terre.
Le dièdre, le piton, le coin de bois : what else ?
Le traditionnel triptyque "Benne/Ski/Peau" propose une approche comme je les aime : courte et pas épuisante.

L'attaque est des plus évidente : une tour triangulaire rouge à escalader par son coté gauche.


Une fois lancée,  la ligne est évidente, elle alterne entre passages dry retors et petites goulottes.
Dry retors


et petite goulotte

















 L'éperon fissuré qui nous domine me laisse quand même bien dubitatif mais l'histoire de la traversé à droite me revient en tête, comme il dise à Champagny : ça va bien se passer.


 Arriver au pied, la fissure-dièdre de 55 mètres est tentante. Ce sacré topo est hallucinant de précision, il parle exactement d'un "dièdre pitonné à laisser" pour traverser à droite. Les 5/6 pitons estampillés EHM, ancêtre de l'EMHM depuis 1966, qui sont solidement planté dans la fissure nous convainc de nous y lancer. Le ceinture noir Kevin Gourde lance une belle attaque mais une tentative pour rejoindre une partie moins raide, l'oblige à un retours rapide à la fissure directe. L'escalade est super athlétique car les coincement nécessite de faire travailler les lames en bras de levier pour être efficaces. Avec les pieds sur des micro-grattons, ça devient laborieux et chaque mètre se mérite. 1cm de lame en moins plus tard, je parviens à une petite vire permettant un léger repos.




















 Je n'ai pas fait plus de 30 mètres mais le double jeu de protection y est  passé. Relais! La suite offre encore 20 mètres d'efforts avant de que les difficultés ne cessent. La suite est franchement plus évidente, probablement 50 m mais la nuit qui va tomber et le brouillard qui monte vite nous enclin à la prudence.


La partie non-grimpée

 On équipera 4 rappels dans la voie pour revenir aux skis. Promesse tenu, on mettra plus de 3 heures pour rejoindre Cham'. Brouillard à couper au couteaux et neige pourrie jusqu'au Mottet puis portage des skis jusqu'au bout. Fin de l'aventure au Midnight à 23 heures.
Le panoramique du jour : mer de nuage très très épaisse


Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…