Envers des Aiguilles, Éperon Sud du Bec d'Oiseau, "Pascal Meyer".

Cette été 2013 reste magnifiquement stable. En jonglant entre planning de boulot, petits canyons avec mes garçons et très courts passages de mauvais temps, il faut se creuser un peu plus la tête pour trouver des idées de trucs-longs-mais-trop-pour-pas-rater-la-benne-et-se -ruiner-les-genoux. Dans ce genre de projet, il est toujours difficile de jauger correctement l'horaire à priori. Arithmétiquement, celui-ci doit nous mener à 21h à Cham'. On part donc du Montenvers plus tranquillement que la fois précédente, lors de notre ascension de la voie du Druide au Moine.
Le pinacle du Druide

L2 du Druide
J'suis toujours heureux avec mon Grougy en montagne mais encore plus quand c'est lui qui me met la corde dans ce genre de longueur...


Au départ du magnifique 6c, style fissure en dalle
Last pitch du Druide
 Les échelles de ce coté de la mer de glace sont plus sympas, en fait surtout bien moins raides! On prend le temps de se réhydrater dans les ruisseaux venus du Grépon car à mon âge, le moindre manque d'eau se fait très douloureusement ressentir dans les genoux....


 Finalement, on arrive pas trop tard à la rimaye. Histoire de pas y passer la vie des rats, on a décider de grimper en chaussons. Groug est pas trop motiver pour un mal de pied trop précoce. Il me laisse donc profiter de la jolie fissure d'attaque.


 Après 2 longueurs où la semelle résinée est apprécié, je me retrouve à me taper les 150m suivant  en 2+ dans un 38 peu confortable. Evidemment, mon Groug tire suffisamment la corde pour m'éviter le changement de pneumatique.




 Je repars en tête dans de magnifique fissures bien raides.


 Une erreur d'itinéraire digne d'un enfant de 3 ans me fait m'employer dans une fissure plus difficile que prévu à la monté...puis à la descente !

 Un simple coup d'oeil à droite me remet dans le droit chemin, quel blaireau!

La fameuse dalle en 6a. 
Steep, isn't it ?








La suite de l'ascension est toujours très belle, passages variés en dalle, fissure et arête, pas le temps de s'ennuyer. Finalement, le sommet est atteint plutôt que prévu.

 1200 de dénivelé négative qui s'envole d'un coup, ça fait bien plaisir. La redescente sur le glacier déroule extrêmement bien, l'enneigement est parfait pour descendre en ramasse. Comme la montagne est gentille, elle décale la grosse chute de pierres de 16h depuis le Cordier de 4 minutes. Pfuuuuuuu !
Benne 8h20 après être descendu du train.
Matos : un brin de 60 de rappel est suffisant + 1 rack de coinceurs à came (.3 à 2) + 2/3 dégaines